Menu
 

LES ORIGINES DU LYCEE : né dans les locaux du grand séminaire

Des débuts insolites

A la rentrée de septembre 1907, Mademoiselle Stolz, directrice de l’école primaire supérieure de jeunes filles créée en 1904 rue Gérard-Rue (qui jouxte le lycée actuel en reliant la place Commandant Galland à la rue Saint-Sauveur), ouvre un établissement secondaire laïque dans les locaux du Grand Séminaire – disponible depuis son évacuation en 1905 – place de la cathédrale. Ainsi naquit, dans un climat de luttes politiques et de tensions sociales consécutives à la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat du 9 décembre 1905, le collège de jeunes filles de Verdun qui prendra le statut de lycée en 1957.

ruesaintsauveurComme il s’agissait de donner un nom à ce nouvel établissement, Monsieur Albert Noël, conseiller général de Fresnes en Woëvre et membre de la société civile de ce collège, proposa de l’appeler : COLLEGE MARGUERITTE après avoir demandé l’autorisation aux deux fils du général, Paul et Victor, qui répondirent : « …Et c’est avec une reconnaissance enorgueillie que nous applaudissons à votre désir de donner au collège de Verdun le nom de notre père. Merci des flatteuses paroles que vous avez bien voulu ajouter pour les fils … ».

Lire la suite...

college margueritte cloitre

CLOITRE :
Le cloître, dont on voit ici une des galeries avant la guerre, se trouve juste à côté du grand séminaire qui abrite les locaux du collège de jeunes filles Margueritte depuis 1909, après la loi de séparation des Eglises et de l’Etat de 1905. Il n’est donc pas étonnant de voir dans le cloître des jeunes filles de la bourgeoisie verdunoise.
Le cloître ainsi que le collège Margueritte seront sévèrement touchés par les bombardements. Le cloître, contigu au chœur occidental de la cathédrale, verra notamment une de ses voûtes totalement effondrée. Mais il fera l’objet d’une restauration particulièrement soignée par les architectes des Monuments historiques dans les années 1930.

 

Lire la suite...

Aller en haut