Menu
 

handicap1Depuis 1992, à l'initiative de l'ONU, la Journée Mondiale du Handicap est célébrée tous les ans le 3 Décembre. Cette année, le lycée Margueritte a eu le plaisir d’accueillir Guilhem LAVANDIER, professeur spécialisé, afin de mieux faire connaître le handicap auditif à trois classes de première.
En préambule de son intervention, Monsieur LAVANDIER s’est présenté comme le ferait un sourd profond, en utilisant la langue des signes française (LSF).

 « Nous sommes tous amenés à devenir sourd… mais le plus tard possible serait le mieux ! ». Le message est clair : protéger son audition.

Après avoir décrit l’anatomie de l’oreille et ce qu’est un son, Monsieur LAVANDIER a expliqué que, pour les personnes sourdes, le problème se situe au niveau de la cochlée où les cellules ciliées sont endommagées. Ainsi, elles peuvent entendre des sons graves mais pas les sons aigus. Cela explique que la surdité engendre des problèmes de communication orale, il faut en effet entendre tous les sons pour parler correctement.

Comment améliorer l’audition ?
Deux types d’appareillage ont été présentés :
- l’implant d’oreille qui amplifie certaines fréquences, celles liées aux sons aigus,
- l’implant cochléaire, pour certaines personnes atteintes d'une surdité profonde ou sévère, qui transmet au nerf auditif des signaux qui sont interprétés comme des sons. Ainsi, un microphone installé derrière l’oreille externe, capte des informations sonores. Ces informations sont alors transmises à un microprocesseur qui envoie un signal électrique vers la cochlée qui génère un message qui va au cerveau.

Comment communiquer avec une personne sourde ?handicap2
Monsieur LAVANDIER a mis en avant un super-pouvoir des personnes sourdes : la lecture labiale, c’est-à-dire leur capacité à lire sur les lèvres. Il a rappelé les 6 consignes pour leur faciliter cette lecture :
- se mettre dans un endroit bien éclairé et pas à contre-jour
- se mettre face à face avec la personne…
- … mais à une distance raisonnable
- ne pas sur-articuler
- ne pas parler trop vite
- ne pas leur parler en hurlant.

Pour terminer l’intervention, les élèves ont bénéficié d’une initiation à la LSF en découvrant l’alphabet, quelques nombres et la manière de se présenter.

Un grand merci à Guilhem LAVANDIER pour toutes ces informations sur la surdité et la culture sourde.

De la littérature au lycée

affiche littéraire-01

Aller au haut