Menu
 

DSC03522Mardi 2 mai 2017, levé à l'aube et départ du lycée aux aurores. Nous sommes 50. 50 jeunes verdunois à quitter notre Meuse pour Munich, notre point d'arrivé. Le voyage est long, près de 6h de route !

Une intégration idéale : l'accueil en famille

Pas d'auberge de jeunesse, pas d'hôtel mais au contraire, nous passerons nos nuits et soirées en famille d'accueil. Nous sommes divisés en divers groupes, allant de 2 à 4. Personnellement, nous étions 4 dans la famille. A la descente du bus, ils étaient tous là. Un homme est venu nous chercher et nous a ramené chez lui. Déjà à ce moment, notre intégration était parfaite. Une discussion s'installe immédiatement et les réticences et peurs, souvent causées par la barrière de la langue, se sont promptement envolées. Arrivés au sein du couple qui nous accueillait, nous avons dîner, seul à table, mais avec leur présence à côté. Nous avons appris à connaître notre hôte et sa femme, 2 charmantes personnes aux parcours respectifs intéressant.

Des visites impressionnantes et ineffables

Notre séjour fut rythmé de multiples visites : le Château de Neuschweinstein, le camp de concentration de Dachau, la ville de Munich, le stade Olympique, la tour de la télévision...
Dès le lendemain de notre arrivée, c'est le camp de Dachau que nous avons visité. Une visite solennelle et impressionnante : une immense esplanade se trouve au milieu des baraquements. Des dizaines de ces baraquements sont encore visibles mais beaucoup d'autres ont été détruits. Un silence de mort règne. Puis arrive le moment, peut-être pas le plus attendu, de la visite des chambres à gaz et des fours crématoires. Le plus frappant est le moment où l'on rentre dans cette chambre à gaz. Un climat d'insondable étouffement nous envahit. Une chambre à peine plus haute qu'un homme. Une chambre à peine plus sombre que la nuit. Une chambre à peine plus terrifiante que les atrocités qui s'y sont déroulées.
Vers la fin du séjour, visite un plus plus gaie que celle citée auparavant, les studios Bavaria. Dans ces studios, nous n'avons pas seulement été consommateurs de la visite, mais également « consomme-acteur », En effet, nous avons plusieurs fois été mis à contribution pour tester tous les rouages de Bavaria. Commençons par le plus connu des techniques cinématographiques et télévisuelles, le fond vert. Plusieurs de nos camarades durent jouer avec un dragons et éviter les flammes projetées. Puis, au programme, chevauchement de gentil dragons blanc, et départ de train avec un retardataire qui court, court ! En plus des tests, nous avons pu découvrir plusieurs décors de fameux films tels que Astérix et Obelix contre César avec la scène des crocodiles lors d'un tournois, les décors extérieurs de Sophie Scholl, où le sous-marin miniature de Das Boot.

Un départ regretté, mais le séjour n'est pas fini !

Nous y sommes, vendredi 5 mai, le retour est proche, Mais avant de regagner notre campagne verdunoise, petit arrêt au Château de Neuschweinstein. Ici, nos sens sont décuplés et tout semble disproportionné. Un château magnifique construit en 1869 par Louis II de Bavière, Roi pour en faire sa résidence personnelle. Ce château en style roman est l'une des plus grandes attractions touristiques de la région. Une visite avec audioguide nous a été proposée où nous avons pu voir les coulisses de cette bâtisse, en passant par la salle du trône richement ornée, la chambre du Roi et la cuisine, en découvrant le fabuleux système de communication mise au point par Louis II.
Début d'après-midi, il est temps de repartir et c'est ainsi que nous quittons la Bavière et l'Allemagne, direction la France et Verdun.

Nous avons donc passé, une semaine durant, un séjour mémorable, rempli de culture, d'architecture, de découvertes et d'amusements. La Bavière est une région magnifique, riche en curiosité que nous avons du mal à quitter. Il est grand temps de ce remettre au travail maintenant, dans un mois, le Bac !

Benjamin GRISCHKO

Aller au haut