Menu
 

LES ORIGINES DU LYCEE : né dans les locaux du grand séminaire

Des débuts insolites

A la rentrée de septembre 1907, Mademoiselle Stolz, directrice de l’école primaire supérieure de jeunes filles créée en 1904 rue Gérard-Rue (qui jouxte le lycée actuel en reliant la place Commandant Galland à la rue Saint-Sauveur), ouvre un établissement secondaire laïque dans les locaux du Grand Séminaire – disponible depuis son évacuation en 1905 – place de la cathédrale. Ainsi naquit, dans un climat de luttes politiques et de tensions sociales consécutives à la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat du 9 décembre 1905, le collège de jeunes filles de Verdun qui prendra le statut de lycée en 1957.

ruesaintsauveurComme il s’agissait de donner un nom à ce nouvel établissement, Monsieur Albert Noël, conseiller général de Fresnes en Woëvre et membre de la société civile de ce collège, proposa de l’appeler : COLLEGE MARGUERITTE après avoir demandé l’autorisation aux deux fils du général, Paul et Victor, qui répondirent : « …Et c’est avec une reconnaissance enorgueillie que nous applaudissons à votre désir de donner au collège de Verdun le nom de notre père. Merci des flatteuses paroles que vous avez bien voulu ajouter pour les fils … ».

Lire la suite...

college margueritte cloitre

CLOITRE :
Le cloître, dont on voit ici une des galeries avant la guerre, se trouve juste à côté du grand séminaire qui abrite les locaux du collège de jeunes filles Margueritte depuis 1909, après la loi de séparation des Eglises et de l’Etat de 1905. Il n’est donc pas étonnant de voir dans le cloître des jeunes filles de la bourgeoisie verdunoise.
Le cloître ainsi que le collège Margueritte seront sévèrement touchés par les bombardements. Le cloître, contigu au chœur occidental de la cathédrale, verra notamment une de ses voûtes totalement effondrée. Mais il fera l’objet d’une restauration particulièrement soignée par les architectes des Monuments historiques dans les années 1930.

 

Lire la suite...

Initiatives pédagogiques et technologiques
Années 1970

En 1975, dans un objectif avant-gardiste d'initiation à l'informatique des élèves et enseignants intéressés, le lycée Margueritte à Verdun fut éligible à l'opération ministérielle dite "Expérience des 58 lycées" [1] : utilisation de logiciels et programmation en langage LSE (Langage Symbolique d'Enseignement) [2], en club informatique, pour 58 établissements de l’enseignement secondaire [3]. A cet effet, dans une première phase, quelques professeurs du lycée, enseignants de diverses disciplines, furent préalablement formés à la programmation informatique. Puis, dans une seconde phase, l'établissement fut doté d'un ensemble informatique en temps partagé comportant : un mini-ordinateur français CII Mitra 15 [4] avec lecteur de disquettes 8'', plusieurs terminaux écrans claviers Sintra TTE, et un Teletype ASR-33 ; tout ceci ayant permis de mettre en œuvre sur le terrain cette démarche novatrice, avec du matériel informatique ultra-moderne pour l'époque.

Références :
[1] « L’expérience des "58 lycées" », octobre 2014
https://www.societe-informatique-de-france.fr/wp-content/uploads/2014/10/1024-4-baude.pdf

[2] Le Langage LSE
https://www.epi.asso.fr/revue/06/b06p010.htm
et
https://fr.wikipedia.org/wiki/LSE_(langage)

[3] « Liste des 58 lycées », mai 2014
https://www.epi.asso.fr/revue/histo/h70-58lycees.htm

[4] Mini ordinateur CII Mitra 15
https://conservatoire.estelenerg.org/?p=3958
et
https://fr.wikipedia.org/wiki/Mitra_15

Aller au haut