Menu
 

2015 05 22 15.46.59Victor Kozsuch et Konogan Drivet, élèves en Première et Terminale littéraires, ont participé au concours régional de nouvelles organisé par le lycée Jean Moulin de Forbach. Sélectionnés parmi les vingt primés sur près de deux cent soixante participants, ils étaient invités vendredi 22 mai à la remise des prix. C’est la première fois depuis vingt-sept ans qu’existe le concours que des élèves représentent Margot au concours.

« Ecrire c’est oser et c’est aussi creuser en soi l’intime, l’éprouvé, le ressenti pour en projeter ensuite l’essentiel dans ses nouvelles. » Joël Schmidt, président du jury, écrivain, historien, éditeur, souligne la diversité des sources d’inspiration, la qualité et la richesse des créations auxquelles les membres du jury ont attribué une note d’appréciation, avant d’avoir débattu juste avant la cérémonie pour déterminer le classement des primés. De l’avis des membres du jury, ce fut difficile, d’autant plus que les écarts entre les appréciations étaient souvent minimes.

Onzième, Victor a reçu son prix avec un mélange de fierté teinté d’une pointe de déception, lui qui se voyait déjà en haut du podium. Cette onzième place lui confirme cependant qu’il a les moyens de réussir et que persévérer dans ses efforts lui permettra de les voir récompensés.

Konogan, septième, a reçu son prix des mains de Cécilia Dutter, écrivain et critique littéraire : « Je tiens à remercier Mme Dutter, dont les félicitations et les encouragements sont un cadeau superbe, un cadeau qui apporte confiance et motivation, présages d’écrits futurs. » Tous les lauréats ont reçu une véritable pile de livres à la parution récente.

Lire la suite...

La poésie a envahi le lycée du 16 au 20 mars : les élèves avaient écrit les poèmes réalisés avec Franck Doyen sur les tables, post-itez des poèmes sur les vitres, chaises, murs du cdi !

Des BIP (Brigades d’interventions poétiques) se sont immiscées dans des cours : des duos d’élèves passaient dans des classes à l’impromptu pour y lire des poèmes, les récréations étaient elles aussi ponctuées des poèmes « insurrectionnels ».

Chaque jour, une « nouvelle règle était établie au cdi « : lundi les élèves devaient lire une fois à voix haute puis une fois à voix basse le poème écrit sur leur table de travail, mardi, journée de gages poétiques : il fallait tirer au sort un gage imaginé par des secondes : lire à l’envers un poème, écrire un poème commençant par jour et finissant par nuit...mercredi lire pour soi une citation d’un recueil poétique et jeudi imaginer une phrase d’après 3 mots…

Une semaine au rythme de la poésie !

En voici un aperçu…

Lire la suite...

CouvertureRencontrePoetiqueDans le cadre d'une rencontre organisée en partenariat avec la MEL, l’Ami littéraire (programme national de rencontres d'écrivains en milieu scolaire), la classe de seconde 7 a rencontré Franck Doyen, autour de son recueil « Champs de lutte »
Adrien Clanché commente cette rencontre :

Question de sens

Champ ou plutôt Chant ? Jeux de polysémie et de consonances apparaissent comme points et virgules à travers les poèmes d'un artiste hors du commun.

Art, nature, trace et mouvement :

Ce jeudi 26 février, l'auteur Franck Doyen était présent au CDI pour exposer son œuvre Champs de lutte aux secondes 7. La rencontre organisée par la professeur de lettres avec la complicité la documentaliste fut fructueuse. En effet, elle avait pour but d’initier les jeunes lycéens à la poésie contemporaine. Intrigués, les questions étaient nombreuses et très diversifiées. Le poète répondait à toutes sans exception et il dévoilait des passages de sa vie qui s’avéraient refléter son travail. En quête artistique, il écrit depuis sa tendre enfance et enchaîne les petits boulots pour « avoir du beurre dans les pâtes » avoue-t-il. Ses écrits comportent un travail sensoriel et polysémique : il laisse libre cours à l’interprétation et à et l'imagination. Le lecteur parcourt une histoire de mouvement et de corps, révélatrice de sa relation avec le sport. Le corps se confond à la nature, devient plante ou animal « orties de la nuit », « grand chien doux », « chien battu », « silex de la nuit », « comme les bêtes les fleurs ». Son désir de laisser une trace est défini par ses « traits » et autres « virgules » ainsi qu'aux peintures d'Aaron Clarke accompagnant avec harmonie ses vers.
A travers ses écrits, il offre au lecteur une liberté d'inspiration, un « champ » des possibles : évocation de la Grande Guerre, du temps qui file ?...
Libre à chacun de choisir.

L'auteur revient le 5 mars afin d'inciter les poètes en herbe à versifier à leur tour !
A suivre donc…

Adrien

Lire la suite...

prix litterairesAu Lycée Margueritte, il y a un parti pris des documentalistes, c’est de permettre aux élèves de se constituer un patrimoine littéraire, d’accéder aux œuvres et à leurs auteurs, de lire pour le plaisir et d’être en connexion avec le monde qui les entoure.

C’est donc aborder le Prix Goncourt et découvrir les romans et les auteurs de la rentrée littéraire, c’est découvrir des romans de littérature jeunesse et c’est aussi accéder à la littérature classique quand elle se différencie de celle étudiée en classe.

Cette année, 3 prix littéraires sont proposés aux élèves :

  • Le Mini Goncourt avec un choix de 4 romans : » 4 romans, 8 semaines, 1 élu »
  • Le Prix Margot avec un choix de 5 romans de littérature jeunesse. Le thème des « dérives adolescentes » est un thème sur lequel travaille le CESC (Comité d’Education à la Santé et à la Citoyenneté)
  • Quatre pour XIX avec un choix de 4 titres : « un regard différent sur des auteurs classiques »

Lire la suite...

prix jean dheurs« Mardi 4 novembre 2014, les élèves de Seconde 6 du lycée Margueritte ont rencontré le jeune lauréat du prix Jean d’heurs 2013, François-Henri Désérable pour son livre « Tu montreras ma tête au peuple » édité chez Gallimard dans la collection Blanche. Le prix Jean d’heurs consiste à élire le meilleur ouvrage historique de l’année. François-Henri Désérable est écrivain, ancien professeur de droit et aussi l’un des meilleurs hockeyeurs français de seulement 27 ans ! Il a commencé à écrire et à vraiment s’intéresser à la littérature à 18 ans, son premier livre de 600 pages n’a trouvé aucune maison d’édition il n’a donc pas pu être publié ni lu par des lecteurs …jusqu’à la publication de son premier livre « Tu montreras ma tête au peuple en 2013. »

« Il s’inspire de nombreux auteurs comme Victor Hugo ou Alexandre Dumas, il a une multitude de références, ainsi son ouvrage est accessible « aux petits comme aux grands lecteurs». François-Henri écrit ses manuscrits sur ordinateur, il se consacre à l’écriture de 22h00 à 02h00 et se relit au réveil, son but n’étant pas de se fixer un nombre de pages à écrire. Comme il le dit lui-même il ne veut pas être « un pisseur de pages ». Il a été soutenu par sa marraine alors que ses parents auraient préféré qu’il ait un « vrai métier !

D’après lui, on apprend à écrire en lisant et non en prenant des cours d’écriture. « Tu montreras ma tête au peuple elle en vaut la peine » sont les dernières paroles de Danton avant sa mort, il est parti de cela pour écrire la suite du livre.

Son prochain roman paraitra le 31 décembre, une bonne nouvelle pour clôturer l’année 2014 ! »

Lire la suite...

livresurplaceC’est dans une ville du nord-est de la France que s’est déroulée la 36e édition du « Livre sur la Place » : un rendez-vous où pas moins de 500 auteurs dédicaçaient leurs livres, discutaient avec leurs fans et où les lecteurs pouvaient acheter leurs œuvres. Nancy était en pleine effervescence avec toutes ces personnes venues à cet évènement annuel et même des classes de lycées et de collèges avait fait la route pour y assister. Cependant il y avait quelques changements par rapport à l’année dernière : en effet, c’est le (nouveau) président du Livre sur la Place , Dany Laferrière qui ouvrait cette édition.

Bryan Bon

Les élèves de la première L du lycée Margueritte se sont rendus à la 36e édition du Livre sur la Place à Nancy. Cette manifestation, événement majeur de la rentrée littéraire, est l'occasion pour les visiteurs de rencontrer des auteurs mais aussi d'autres lecteurs. Aucune forme littéraire n’est mise de côté : les romans côtoient sans snobisme les essais et les bandes-dessinées. Beaucoup d’écrivains, et une multitude de visiteurs étaient présents sur la place de la Carrière pour l'édition 2014. C'est un lieu magique d’échange et de partage d’opinion (...) L’ambiance était chaleureuse et conviviale. En bref, le Livre sur la Place est un événement incontournable, où l'on partage le goût des livres, à ne pas oublier l’année prochaine!

Anaïs Guéry

Lire la suite...

Dans le cadre du projet  académique  « Traces mémoires, frontières »  de commémoration du centenaire,  la classe  102ES a travaillé tout au long de l’année autour des écrivains et de la Grande Guerre.

Le projet «  La Grande Guerre entre Littérature & art »  labellisé par la Mission du centenaire  a donné lieu entre autres à des mises en voix de romans dont voici quelques extraits, illustrés par leurs photos prises le 16 mai aux Eparges et près de la Fosse d’Alain Fournier.

 

amelie nothombAmélie Nothomb, écrivaine belge de 47 ans vient de publier son nouveau roman intitulé « La Nostalgie Heureuse », dans un registre autobiographique animé de sentiments. L’équipe de France Inter dirigée par Frédéric Lopez en a fait son invitée à l’occasion de l’évènement « Le Livre sur la place » à Nancy pour l’émission « On va tous y passer » le vendredi 13 septembre à 11h, au cours de laquelle la romancière a dévoilé les grandes lignes de l’ouvrage. Cette personne excentrique y raconte l’histoire d’un bonheur passé et définit son roman comme un « oxymore de la notion de nostalgie » qui n’est pas interprétée de la même façon au Japon, lieu auquel elle attachait une grande importance lors de son enfance, où cela signifie « le bonheur de revivre un souvenir passé ». Mademoiselle Nothomb a aussi confié à l’antenne de la chaîne de radio que ses rapports avec les lecteurs étaient très amicaux et qu’elle appréciait le fait qu’il y ait un réel échange entre ses fans et sa personne. Ces paroles ont étés approuvées par le public venu en masse pour l’accueillir.

Romain Gaillard 

De la littérature au lycée

affiche littéraire-01

Logo RESPECTZONE
Aller au haut