Menu
 

Resized Screenshot 20200213 071140 Gallery 2634Les classes de T1L, T08 et T13 STMG ainsi que les élèves volontaires ont participé au concours des plaidoiries des lycéens, organisé par le Mémorial de Caen : ils ont tous choisi une cause dans l’actualité qui leur tenait à cœur et qu’ils voulaient défendre : les enfants au Yemen, l’esclavage sexuel, le féminicide, les Kurdes de Kobané ,le racisme , le harcèlement de rue, Christine Banon, les enfants dans la guerre…

Ils ont mené des recherches afin de rédiger leurs plaidoiries puis ils se sont entraînés à la mettre en voix avec une comédienne de la Compagnie Azimuts et le 19 décembre, un concours interne a été organisé au lycée. Les 17 candidats ont plaidé face à un jury composé de membres d’Amnesty International, du CIDFF , du Directeur Général des Services à la Mairie de Verdun et un public, lycéen.

Le jury a souligné la qualité des plaidoiries, ils ont été très impressionnés par le talent, l’investissement et l’émotion que ces lycéens ont su transmettre !
Cette aventure s’est poursuivie pour Tom Soriano, lauréat de la finale régionale à Strasbourg, qui s’est rendu à Caen pour participer à la finale nationale le 24/01/2020 pour sa plaidoirie « un tueur empoisonné » qui dénonce l’effet de l’uranium appauvri.

Voici son témoignage :
« Après avoir appris que j’étais retenu pour aller plaider à Strasbourg, j’ai beaucoup travaillé la forme et la mise en voix de mon plaidoyer. J’étais animé par l’envie de partager mon sujet : l’utilisation de l’uranium appauvri dans l’armement, avec un maximum de personnes. Qu’on me donne ma chance dans ce concours me réjouissait. Puis j’ai appris que j’étais retenu pour participer à la finale nationale au Mémorial de Caen. J’étais vraiment heureux, car dès lors, j’ai eu cet espoir de pouvoir avoir un réel impact sur la situation : de pouvoir faire bouger les choses ! A Caen, nous étions 16 lycéens de toute la France et d’un lycée français à l’étranger. L’ambiance du groupe était vraiment super ! Il y avait une grande solidarité et une très belle amitié entre nous. L’expérience humaine a donc largement devancé l’aspect concours. Le 23, nous avons visité le musée du Mémorial de Caen : un lieu très symbolique et chargé d’histoire. Le 24, c’était le jour de la finale. C’est le moment du séjour que j’ai préféré. J’étais partagé entre le bonheur d’être présent et l’honneur de pouvoir plaider le sujet sur lequel j’ai travaillé devant tant de monde. Une fois passé sur scène, j’étais soulagé car tout s’est très bien déroulé, et heureux de l’avoir fait. Même si je n’ai pas fini lauréat à l’issus des délibérations, ce fut une expérience unique et formidable ! Le lendemain, nous avons assisté aux plaidoiries de élèves avocats le matin et nous nous sommes rendus sur les sites du débarquement l’après-midi. Ce fut une journée émouvante grâce aux lieux que nous avons visités. Le soir, nous avons pris notre dernier diner à l’hôtel de ville de Caen. Nous avons dit au revoir aux organisatrices du projet, puis sommes rentrés à l’hôtel pour passer notre dernière soirée ensemble (inutile de le préciser, mais nous avons très peu dormis). Nous sommes repartis de Normandie le lendemain, des souvenirs plein la tête, en nous promettant de nous retrouver un jour. Je garde encore contact avec mes amis de Caen.
Pour moi, les plaidoiries ont été une source d’enrichissement ! Nous avons pu rencontrer tellement de monde : des avocats, des journalistes, des représentants d’Amnesty international ! J’en sors grandi, et déterminé à poursuivre la défense de ma cause.

 

Pour finir, j’aimerai insister sur le fait que cette aventure fut sincèrement une expérience extraordinaire. C’est une chose qu’on ne peut vivre qu’une fois. Aussi, j’aimerai m’adresser à tous ceux qui ont pour projet d’écrire une plaidoirie : allez-y ! Choisissez un sujet qui vous révolte, une cause que vous avez sincèrement envie de défendre ! Donnez-vous les moyens d’aller jusqu’au bout de vos projets !
Un immense merci à Violaine Marquis, à Marie, à Jacques Charmelot, Thierry Lamireau, Roland Desbordes, Matthieu Boedec, Fabienne Germain, Alain Acariès, Florian Sredniwa, Xavier Nybelen, Thierry Bonnel et à mes parents pour leur aide dans ce beau projet de plaidoiries sans oublier, à la dame de l’hôtel pour avoir supporté nos veillées tardives.

Tom Soriano

 

20191219 163908 P1000610
P1000620 P1000667
P1000673 P1000680
P1000709 P1000712

 

Resized Screenshot 20200202 132646 YouTube 63

Logo RESPECTZONE
Aller au haut